Comment imaginer qu’un filet d’eau né dans les Monts de la Margeride en Lozère, puisse offrir chez nous des Gorges si grandioses ? Serpentant entre Aubrac et Monts du Cantal, la Truyère a creusé, dans les plateaux granitiques, des gorges étroites, profondes et boisées. Les gorges de la Truyère sont multiples. Abruptes, elles offrent toutes les sensations de la verticalité. Ouvertes, elles vous offrent de somptueux panoramas, pour devenir des lacs, propices à la baignade, la pêche ou la navigation. Sauvages, elles sont le paradis des rapaces. La Truyère est aussi domestiquée par des géants de béton : les barrages, dont l’épopée industrielle et humaine de leur construction fascine.

Gorges ou vallée ouverte : admirez la quiétude de la Truyère

La Truyère se faufile entre l’Aubrac, le Cantal et le Carladez pour terminer sa course 170 kilomètres après sa naissance, à Entraygues, et s’unir au Lot, dont elle est l’affluent principal. En observant le paysage depuis les plateaux de l’Aubrac, du Carladez ou de la Viadène, on ne devine pas cette incision dans le relief. Les gorges de la Truyère offrent des courbes généreuses et des points de vue grandioses dont les couleurs changent au fil des saisons.

Le saviez-vous ?

Depuis les bouleversements géologiques de l’ère tertiaire, la Truyère constitue une séparation entre 2 anciennes régions volcaniques : les Monts du Cantal au nord et les Monts de l’Aubrac au sud.
Pour réunir ces 2 massifs, les hommes ont rusé de technicité et construit de véritables ouvrages d’art. N’hésitez pas à remonter la Truyère vers le Nord et découvrir le Viaduc de Garabit, construit par Gustave Eiffel !

Lac de Sarrans

les plus beaux points de vue accessibles en voiture

De par son relief, il n’existe pas de routes longeant les gorges, mais uniquement des portions qui s’en rapprochent. Pour descendre sur les rives de la Truyère, voir y plonger, vous pouvez vous rendre au lac de Sarrans et à la Presqu’île de Laussac. Malgré cela, le territoire offre de très beaux points de vue sur les gorges, facilement accessibles. De quoi faire de magnifiques photos. Du Nord au Sud :

  • Presqu’île de Laussac (Commune de Thérondels)
  • Point de vue de Rozières (D98 en direction de Cantoin)
  • Belvédère du barrage de Sarrans (D98 passer le barrage en direction de Sainte-Geneviève-sur-Argence)
  • Le bout du monde (D900 direction Mels)
  • Valon (D97)
  • Belvédère de Rouens 
Pierre Soissons

Le village de valon

Perché sur son piton rocheux, il domine les gorges de la Truyère.

Une sélection de randos au bord de la Truyère
et des lacs

Promontoire de Fajol sur la Truyère
André Méravilles

Réputées sinueuses et indomptables, les Gorges de la Truyère se méritent. La randonnée est le meilleur moyen de s’immerger dans le décor.

Pour une plongée de 3 jours en itinérance le long de la Truyère : cheminez le long du GR de pays “Lo Camin d’Olt”. Une boucle qui vous fera passer d’une rive à l’autre, au départ d’Entraygues-sur-Truyère, avec en point d’orgue le Château de Valon.

Le dénivelé des Gorges : spot de pleine nature

terrain de jeu des vététistes

Deux belles boucles de 14,6 kilomètres et de 20,3 kilomètres vous régaleront en sensations et paysages :

  • Les cîmes du château de Valon
  • La presqu’île de Laussac
VTT Carladez

Braver la pesanteur dans les Gorges de la Truyère : escalade et via ferrata

Le caractère secret et sauvage des gorges attire les grimpeurs. Ils ont pour cela l’exclusivité de la rencontre avec ce cailloux si particulier : le granite des gorges, en dalles lisses ou en “dent de cheval”, qui offre de belles prises ! Deux sites de chaque côté des gorges vous offriront une immersion 100 % nature sauvage.

Où la Truyère devient lac

A Sarrans, la Truyère, contenue par le barrage du même nom, a ennoyé une vallée entière dans les années 30 et a créé un lac de 1000 hectares aux allures de fjord. Un coin idéal pour la baignade, le farniente et la pratique des activités nautiques et aquatiques.

Une rivière énergie

Le calme apparent de la Truyère est artificiel. Sa fougue d’antan a été domptée par la main de l’homme. Six barrages se succèdent le long des Gorges : Grandval, Lanau, Sarrans, Labarthe, Couesque et Cambeyrac.
Les barrages, ainsi que les centrales hydroélectriques liées aux vallées de la Truyère et du Lot, représentent 10 % de la puissance du parc hydroélectrique français. Cette source d’énergie potentielle, a, dès les années 1900 échauffé les esprits des visionnaires et représenté une source de développement inimaginable pour ce coin de l’Aveyron encore très enclavé et en marge du progrès technique et social.

Pourquoi les gorges de la Truyère ont attiré l'œil des ingénieurs ?

Le caractère encaissé des gorges et surtout l’important dénivelé de cette rivière ont intéressé les ingénieurs dès l’année 1907, où une première demande de construction de barrage fut déposée, pour un projet sur la Commune de Brommat. En 1910 le Ministère des Travaux public délivra l’autorisation tant attendue. Cet ouvrage était censé répondre aux besoins en électricité des industriels d’une vaste région allant jusqu’aux mines de Decazeville ou aux filatures de Rodez, beaucoup plus au sud dans l’Aveyron !
Le Conseil Général voyait en cette nouvelle ressource d’énergie la possibilité d’électrifier le réseau de chemins de fer de l’Aveyron. A l’époque, une ligne ferroviaire devait desservir Mur-de-Barrez, Sainte-Geneviève et Laguiole.

Aujourd’hui, plus qu’une activité économique, les barrages et leur exploitation est devenue une identité et un lien entre les territoires. N’hésitez pas à visiter des espaces extérieurs ou des sites hydroélectriques, pour vous rendre compte de l’importance de ces ouvrages sur le territoire et leur fonctionnement.

Toute l’année, l’exposition à ciel ouvert de Brommat vous permet de découvrir cette épopée industrielle et humaine.

Des Gorges préservées : refuge de la biodiversité !

La rivière de la Truyère est classée Zone Natura 2000 et abrite de nombreuses espèces protégées :

  • Dans l’eau : la loutre ou encore le poisson chabot sont des marqueurs d’un écosystème aquatique en bonne santé et permettent par leur présence, la vie des nombreuses autres espèces.
  • Dans l’air : les oiseaux sont incontestablement devenus les maîtres des airs pour d’incroyables ballets aériens le jour. Ouvrez l’œil, vous observerez dans le ciel des rapaces emblématiques des Gorges de la Truyère : Milan Royal, Faucon Pèlerin ou encore Aigle Botté ! La nuit devient aussi le royaume discret des chiroptères, plus communément appelés Chauve-souris, vous y croiserez peut-être des grands Rhinolophes ou encore des Murins à oreilles échancrées et bien d’autres créatures aux noms si particuliers….
  • Sur la terre : avec un peu de chance et de patience vous pourrez y observer la très discrète hermine au pelage changeant au cours de l’année ou encore des reptiles dignes d’un conte fantastique : couleuvre d’Esculape ou encore lézard ocellé.

Pour tout connaître sur la biodiversité des Gorges de la Truyère, le petit guide « À Vol d’oiseau -Natura 2000 – Gorges de la Truyère » du Parc Naturel Régional de l’Aubrac deviendra l’outil incontournable de vos sorties et balades! Demandez-le dans nos Bureaux d’Information Touristique.

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu