Les gorges de la Truyère sont parcourues de lacs. Ce paysage sauvage a été façonné par la création de nombreux barrages, faisant naître un patrimoine industriel qui ne se retrouve nulle part ailleurs. En été, découvrez en famille ou entre amis l’histoire, la construction et le fonctionnement de ces barrages et plus largement, l’histoire de l’hydroélectricité dans les vallées du Lot et de la Truyère.

l’hydroélectricité

Si l’hydroélectricité ne représente que la moitié de la production électrique en France, c’est la seule source énergétique susceptible d’être modulée rapidement en fonction de la demande et de pallier ainsi aux pics de consommation.

En 2020, l’hydraulique représente 49 % de la production brute d’électricité renouvelable en France. Avec plus de 2 000 installations, la France est, avec la Suède, l’un des principaux producteurs d’énergie hydraulique de l’Union européenne.

Barrage de Maury Truyère

Les barrages sur les gorges de la Truyère

A l’ouest de l’Aubrac se trouve une rivière : la Truyère. Au sud de l’Aubrac, se trouve une autre rivière : Le Lot. Ces deux vallées, tantôt sans trop de dénivelés, tantôt très escarpées, sont exceptionnelles et uniques par leur concentration de barrages hydroélectriques. Vingt barrages de type poids, mobile, voûte ou à voûtes multiples alimentent quinze centrales de production, parmi lesquelles, la station de transfert d’énergie par pompage de Montézic, deuxième site de production d’hydroélectricité le plus puissant de France.

Tous ces aménagements hydroélectriques contribuent à la production de la première énergie renouvelable en France. Ils représentent 10 % de la puissance du parc hydraulique d’EDF en France.

Carte vallée du Lot gorges Truyère

Le saviez vous ?

La Truyère : elle prend sa source dans les Monts de la Margeride, au Col des Trois Sœurs, en Lozère, à 1470 m d’altitude et se jette dans le Lot à Entraygues-sur-Truyère (en Aveyron).

Le Lot : il prend sa source au flanc de la montagne du Goulet, en Lozère, à 1300 m d’altitude et se jette dans la Garonne à Aiguillon (en Lot-et-Garonne).

L’histoire des barrages

Barrage et lac de Montézic
EDF – Pierre Soissons

le bassin de La Truyère

Le fort dénivelé de la Truyère fait d’elle l’une des rivières les plus intéressantes du Massif-Central pour la production hydroélectrique.

Dès 1910 un projet d’aménagement a été étudié. Ce sera le début de la métamorphose de ces gorges avec la construction de plusieurs barrages et usines.

La première sera la centrale hydroélectrique souterraine de Brommat 1 qui a été inaugurée en 1933 par le président de la République de l’époque, Albert Lebrun. Puis en 1934, le barrage de Sarrans est mis en eau. Ce barrage est aujourd’hui encore le plus important de la vallée de la Truyère, et l’un des plus grands de France. Puis viendront Lardit-Maury (1947), Couesques (1950), Cambeyrac (1957), Grandval (1959), Lanau (1962), Brommat 2 (1975) et enfin le dernier-né et le plus puissant de la vallée : Montézic, mis en service en 1982.

Le bassin du Lot

Avant le confluent avec la Truyère, le Lot est équipé de deux ouvrages : Castelnau Lassouts (entre Saint-Geniez-d’Olt et Saint-Côme-d’Olt) mis en service en 1949 et Golinhac (entre Estaing et Entraygues-Sur-Truyère) en 1960.

Les différents barrages

Nom de l’usineAnnée de mise en servicePuissanceType de barrageSuperficie
Grandval196074 MWGrandval (1959) : voûtes multiples
Ganivet (1954) : prise d’eau
Moulinet (1959) : prise d’eau
1 100 ha
14,5 ha
16 ha
Lanau196220 MWLanau (1962) : voûte mince158 ha
Sarrans1934183 MWSur la Truyère (1934) : poids
Sur le Cantoinet (1934) : poids
1 000 ha
0,1 ha
Brommat 1
Brommat 2
1933
1975
406 MWLa Barthe (1974) : voûte
Salazats (1974) : poids
La Bromme (1932) : voûte
La Cadène (1932) : poids
40 ha
0,1 ha
Désaffecté
Désaffecté
Montézic1982920 MWMontézic (1982) : lac de retenue supérieure233 ha
Couesques1950120 MWCouesques (1950) : voûte mince à crête déversante
Le Goul (1950) : voûte
260 ha 
18 ha
Lardit194743 MWMaury (1947) : voûte166 ha
Cambeyrac195712 MWCambeyrac (1957) : poids23,4 ha
Castelnau Lassouts194942 MWSur le Lot (1948) : poids
Mousseau (1950) : poids
218 ha
0,1 ha
Golinhac196045 MWGolinhac (1960) : poids53 ha

le tourisme industriel

Ces structures étonnent, impressionnent et beaucoup de personnes se posent des questions sur leur construction, leur histoire, leur fonctionnement. Grâce à la Route de l’énergie, des espaces d’information, des circuits de visite, des points de vue aménagés, vous permettront de mieux comprendre l’hydroélectricité en général et plus particulièrement sur les gorges de la Truyère et la vallée du Lot.

Les activités nautiques

La production hydro-électrique a modifié le climat économique en créant des barrages, des plans d’eau et lacs importants, en favorisant ainsi le développement du tourisme : implantation de campings ou pratique des sports nautiques.

La pêche

Dans un cadre d’une beauté restée sauvage, les pêcheurs seront heureux, avec à leur disposition de nombreux lacs et rivières de deuxième catégorie, où l’on pêche brochets, sandres, truites, carpes ou tanches. Mais aussi des rivières de première catégorie et un réseau important de ruisseaux où la truite sauvage est reine.

Activités nautiques lac de Saint Gervais

Les randonnées

De nombreuses randonnées vous permettront de découvrir de magnifiques vues sur ces gorges restées sauvages. Des fiches de randonnées sont en vente dans les différents bureaux de l’Office de Tourisme, venez nous retrouver, nous vous conseillerons !

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu