Situé sur la commune de Campouriez, le site de Bes-Bédène fait partie des Sites remarquables de France et d’Europe, association qui regroupe des sites authentiques, préservés et hors du temps. Le hameau de Bes-Bédène, perché sur son éperon rocheux granitique, enchâssé dans un cirque façonné au fil des siècles par la rivière Selves et dominé par le Puy de Montabès, est la véritable définition du site pittoresque. Un lieu touristique unique en Aveyron !

Le village

Le site tire son nom des bois qui autrefois couvraient sa presqu’île. Les bouleaux se disent « besses » en patois. Quant à « bédène », ce serait une déformation du mot Viadène, territoire sur lequel le hameau est construit.

Eglise Bes-Bédène
André Méravilles

L’église

A la fin du Xème siècle, un saint prêtre, Saint Gausbert, poussé par le désir de solitude, vint s’installer à Bes-Bédène. Il prit possession de l’ermitage abandonné et employa une partie de son patrimoine à faire construire une église, dédiée à Notre-Dame. Frappés par la vie simple de Saint Gausbert, plusieurs disciples vinrent lui demander de se mettre sous sa direction. Ainsi s’édifia un petit monastère, dont on peut encore voir du côté ouest de l’église, les nervures des arceaux des cloîtres.

De nos jours, l’église avec son clocher peigne, renferme un magnifique retable du XVIème siècle parfaitement restauré, figurant les mystères du Rosaire, une belle statue naïve du XIVème siècle en bois polychrome de Saint Gausbert, les vitraux de Claude Baillon qui animent le chœur par leurs couleurs, des statues de Jacques de Verdal en calcaire du Lot dans les niches de l’église et une exposition de vêtements sacerdotaux dans le chœur.

Charles De Louvrié

Deux salles d’expositions sont dédiées à Charles de Louvrié, ingénieur français précurseur du moteur à réaction (brevets d’invention déposés en 1863). Parmi les objets exposés, les maquettes concrétisent les inventions.

Musée Charles de Louvrier Bes-Bédène

Charles Delouvrier est né à Combebisou, commune de Campouriez, le 3 juillet 1821. Jeune enfant, Charles se distingue de ses camarades par son esprit vif, ouvert et intuitif. Après des études au séminaire, il part à Paris et travaille aux Chemins de fer. A l’occasion d’un voyage, il rencontre la baronne d’Orcet qu’il épousera le 5 juillet 1851. À la demande de celle-ci, il transforme l’orthographe de son nom et l’écrit désormais avec la particule : de Louvrié. En 1861, il devient l’un des membres les plus actifs de la « Société d’encouragement à la Navigation Aérienne au moyen du plus lourd que l’air » fondée par Nadar. Le 27 août 1863, il dépose son mémoire intitulé « locomotion aérienne : l’aéronave » appareil d’aviation qui devait être tracté par un moteur à hélice. Par la suite, Charles de Louvrié ajoutera trois Mémoires de perfectionnements où il supprimera l’hélice par le moteur à réaction. Et en septembre 1877 il dépose un brevet pour l’Anthropornis. Cet appareil ressemble à un oiseau mécanique propulsé par un moteur et des ressorts. Pendant de longues années, Charles de Louvrié cherchera le mécène capable de fournir les fonds nécessaires à la fabrication de son appareil, en vain.

De 1884 à 1888, il est maire de Campouriez mais ses travaux l’absorbent et il renonce à ses fonctions. Il continue à entretenir de nombreuses correspondances avec la Société française de navigation aérienne, et avec le riche ingénieur américain Chanute.

Il décèdera seul le 11 mars 1894 à Combebisou.

Ecole village de Bes-Bédène
André Méravilles

La salle de classe des années 1930-1960

À découvrir également à Bes-Bédène, le musée qui simule une salle de classe des années 30/60 avec de magnifiques objets scolaires mis en évidence. Tablier noir, bureau à encrier, livres, cartes géographiques de la France…. Les plus anciens se remémoreront des souvenirs plus ou moins lointains et les plus jeunes découvriront l’école d’autrefois.

Le pont

En continuant la petite route sinueuse, vous arriverez au pont. Il fut construit en 1329, date à laquelle l’évêque de Rodez, Monseigneur Pierre de Castelnau, concéda une indulgence de 30 jours à ceux qui feraient une offrande pour aider à sa construction. Il fait 39,90 mètres de longueur, a une seule arche en plein cintre, très légèrement brisé, et 13,50 mètres de hauteur. Il est bâti en granite. Dessous coule la Selves qui se jette dans la Truyère, à quelques kilomètres d’Entraygues-sur-Truyère.

Pont de Bes-Bédène

Les expositions temporaires

L’été, des expositions temporaires se tiennent dans l’ancien bâtiment près du cimetière, où différents courants d’arts se succèdent : du patchwork, des peintures, etc… et souvent nous avons la joie d’accueillir André Lavergne, enfant du pays, peintre, dessinateur graveur de timbres-poste, dont le timbre de Bes-Bédène, émis le 20 juillet 2020.

Les activités de pleine nature

Entouré de bois, le prieuré de Bes-Bédène (également orthographié Bez-Bédène) est le cadre idéal pour se ressourcer et partir à la découverte de cette nature préservée.

La randonnée

Plusieurs randonnées sont balisées au départ de Bes-Bédène. Un circuit difficile, au relief escarpé, (3 km, 2h) qui fait le tour du site et un autre qui vous mène au barrage de la Selves ou barrage de Maury intitulé « Le circuit de Maury » (10,4 km, environ 2h40). Une petite balade vous mènera également vers les rochers au bout de l’éperon.

L’escalade

Le site d’escalade de Bes-Bédène est exceptionnel, il est composé de 48 voies, allant du 3b au 7b. Les voies sont réparties sur plusieurs falaises.

Superbe site tant au niveau de la grimpe que pour son environnement

Les hébergements

Pour passer de bonnes vacances sur la commune de Campouriez, en Viadène, auprès de ce magnifique site, et plus largement sur l’Aubrac, plusieurs modes d’hébergements peuvent vous accueillir selon la composition de votre tribu : camping, locations, hôtel et même une maison dans le prieuré de Bes-Bédène !

Le bureau d’information touristique de Saint-Amans-des-Côts vous aidera à préparer votre séjour. Retrouvez également les fiches randonnées autour du village.

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu