Les raisons d’un départ pour réaliser le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle sont propres à chacun, diverses et variées : certains chercheront le défi sportif, les échanges avec d’autres, la beauté des paysages, les raisons religieuses, etc. Des motivations différentes, mais des étapes et un point d’arrivée commun. Les sentiers de l’immensité de l’Aubrac vous attendent !

Quatre voies pour une destination commune

Cartes voies françaises Compostelle
Agence française des Chemins de Saint Jacques de Compostelle

Plusieurs voies traversent le territoire Français pour mener jusqu’à Compostelle :

  • la via Turonensis est la voie de Tours,
  • la via Lemovicensis démarre à Vezelay,
  • la via Podiensis au départ du Puy-en-Velay,
  • la via Tolosana, la voie du sud de la France.

La via Podiensis traverse notre région Occitanie : elle relie le Puy-en-Velay à Saint-Jean-Pied-de-Port sur 750 km. De la Haute-Loire au Pays Basque, ce chemin vous conduit à travers la granitique Margeride, le plateau de l’Aubrac en Aveyron et ses immensités, la vallée du Lot et son écrin de verdure et le Quercy calcaire. Vous y découvrirez un patrimoine naturel et bâti d’exception.

L’itinéraire a été aménagé à partir de 1970 par la Fédération Française de la Randonnée Pédestre. Il devient alors le plus ancien « chemin de Saint-Jacques » ouvert en France. La route du Puy est aujourd’hui l’itinéraire le plus fréquenté et le mieux équipé en hébergements. C’est entouré de tant de beauté que vous trouverez au fil des étapes votre âme de pèlerin !

Un chemin clairsemé de richesses patrimoniales

La voie du Puy-En-Velay est un itinéraire légendaire, riche en étapes emblématiques du pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Abbayes prestigieuses, églises romanes, et ponts s’enchaînent sur ce chemin dans une succession de décors splendides : la Margeride, les immensités de l’Aubrac, le Quercy.

La partie aveyronnaise du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle (GR® 65) représente 102 kilomètres entre Aubrac et Livinhac-le-Haut, dans la vallée du Lot. Elle se parcourt en environ 5 jours. Voici quelques lieux mystiques que vous croiserez sur le chemin.

Monastère d'Aubrac
Archives départementales de l’Aveyron

La Dômerie d’Aubrac

Au loin, une masse sombre se détache du plateau, tel un phare qui guide les pèlerin. Le village d’Aubrac était synonyme d’espoir pour toute personne ayant traversé les terres nues de l’Aubrac. D’ailleurs, par temps de neige et de brouillard, la cloche des perdus pouvait sonner jour et nuit pour orienter le pèlerin égaré pour qu’il trouve refuge à la Domerie.

Neck de Belvezet Aubrac
B. Colomb – Lozère Sauvage pour PACT Aubrac

Le Neck de Belvezet

Un neck est un relief volcanique résiduel. Il correspond à une ancienne cheminée volcanique qui s’est solidifiée à la fin d’une éruption et qui a été ensuite dégagée par l’érosion. Cette structure de lave solidifiée résiste mieux à l’érosion que les matériaux d’éjection qui l’entourent. Une fois le cône érodé et disparu, il reste le neck, qui en était le centre. Le neck de Belvezet, qui domine le hameau de Belvezet, sur l’Aubrac, date d’environ 8 millions d’années. Sur ce double neck de basalte fut érigé, à l’époque féodale, un château dont il ne reste aujourd’hui que quelques ruines.

Les Chemins de Compostelle et l’UNESCO

En 1987, les chemins de Compostelle ont été désignés premier « Itinéraire Culturel Européen » par le Conseil de l’Europe. Cette dénomination a permis de mettre en lumière la valeur universelle du chemin.

En 1998, l’Unesco décide de classer 71 monuments, dont 64 monuments individuels et 7 ensembles, des différents chemins français sur la liste du Patrimoine Mondial. Ces monuments sont reconnus comme étant les principaux jalons sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle. Nous comptons parmi ce classement :

  • le pont des pèlerins de Saint-Chély-d’Aubrac
  • le pont vieux d’Espalion
  • le pont d’Estaing
  • l’abbatiale Sainte-Foy de Conques

En plus de ces 71 monuments, l’Unesco a classé certains tronçons de la Route du Puy-en-Velay. Nous comptons parmi eux :

  • De Nasbinals à Saint-Chély-d’Aubrac : 17 Km
  • De Saint-Côme-d’Olt à Estaing : 17 Km

Compostelle en chiffres

Depuis la voie du Puy, appelé également GR® 65, le chemin de Compostelle c’est :

  • 13 régions traversées, 32 départements et 95 communes
  • 1522 kilomètres du Puy-en-Velay à la Galice espagnole
  • Environ 30 000 marcheurs par an au départ du Puy-en-Velay
  • Mois les plus fréquentés : dans l’ordre septembre, mai et août
  • 52 % de femmes – 48 % d’hommes
  • 1/3 des pèlerins marchent seuls, 1/3 en duo, le reste en groupe
  • 3 randonneurs sur 10 parcourent le chemin dans sa totalité (du Puy-en-Velay à Saint-Jacques-de-Compostelle), la grande majorité par tronçons
  • Les marcheurs réalisent en moyenne 20 km par jour

Quelques conseils avant de partir

Randonneurs sur Compostelle GR65
B. Colomb – Lozère Sauvage pour PACT Aubrac
  • Réservez vos hébergements. Il est difficile de trouver un hébergement sur certains tronçon du chemin surtout d’avril à octobre.
  • Réservez vos transports entre les étapes : la réservation est impérative (24 heures avant).
  • Étapes : il est recommandé d’adapter l’étape à la difficulté du terrain. Il est préférable de programmer des étapes courtes au départ.
  • Randonnez léger : limitez le poids de votre sac à dos. Nous conseillons une charge maximale de 10 à 12 kg. Certains opteront pour le transport des bagages d’étapes en étapes, ce qui vous permettra de partir avec un sac plus léger encore.
  • Prévoyez d’avoir toujours de l’eau sur vous !
  • Ayez votre crédential toujours avec vous ! En la faisant tamponner auprès de vos hébergeurs ou des offices de tourisme, vous pourrez bénéficier de l’accès aux gîtes réservés aux pèlerins (la crédencial est obligatoire pour accéder aux auberges en Espagne) et vous donne le droit d’obtention à la Compostela (certificat de pèlerinage) à l’arrivée à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Savez-vous pourquoi le symbole du chemin de Compostelle est une coquille ?

La coquille Saint-Jacques, que les jacquets ramenaient des côtes de la Galice, était la preuve de leur long périple. Les pèlerins ramassaient quelques coquillages qu’ils cherchaient sur les plages et qu’ils ramenaient chez eux en guise de preuve. Pour des raisons symboliques, la coquille s’est imposée comme attribut de l’apôtre et a donc pris le nom de Saint-Jacques. Elle permettait de se distinguer des autres voyageurs et avait un pouvoir protecteur, leur permettant notamment de demander l’aumône. A la vue de la coquille, la charité devenait un acte obligatoire.

Depuis, les pèlerins accrochent une coquille à leur sac ou leur bâton. Lorsqu’ils passent dans les villages étapes, bien souvent, le tampon apposé sur leur créanciale est également une coquille !

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu